Album Hollywood Hallyday avis réédition 2014

Album Hollywood Hallyday avis réédition 2014

réédition album hollywood hallydat
Je m’inscris à Johnny’s Letter et je reçois mon Quizz

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La réédition de l’album Hollywood est un bel objet que nous propose Universal.

Elle se présente sous la forme d’un livre d’une vingtaine de pages, de deux cd et d’un DVD.
Le CD 1 comprend l’album original ainsi que les 45 tours de l’époque et la version studio de « Ma gueule ».
Le CD 2 est un nouveau mixage de l’album Hollywood accompagné d’un inédit des sessions de l’époque. Il est complété par une version alternative de « C’est mieux ainsi ».

Quant au DVD, c’était le souhait de beaucoup de fans depuis longtemps. L’édition de la diffusion TV du spectacle du Pavillon de Paris 79.

Le nouveau mixage offre parfois un complément intéressant ou malheureux. Nous allons voir en détail cette réédition de l’album Hollywood. Le spectacle de Pantin fera l’objet d’une critique séparée.

L’album Hollywood est sorti en février 79. Il devait être porteur du spectacle de Pantin en septembre.
C’étaient t aussi les 20 ans de carrière de Johnny. Cet album Hollywood avait ainsi un grand poids sur les épaules

.
Malheureusement, il marque le déclin de la période Hallydéenne. Le renouveau viendra de la collaboration avec Michel Berger.

Parlons un instant de la pochette. Elle est signée Patrick Larue. Elle nous montre un dessin. C’est la 3ème couverture d’album de ce type. Elle représente notre Johnny dans un beau costume devant une grosse voiture et l’entrée d’une villa avec en fond les lettres magiques de Hollywood. Le verso quant à lui nous montre un Johnny de dos dans un costume étriqué et devant une palissade de carton-pâte. L’envers du décor d’Hollywood. Le côté flamboyant, frime au recto et la déchéance, le coté faux, fabriqué au verso.

L’album Hollywood comprend 10 titres dont 7 reprises. Michel Mallory signe 9 textes et Didier Barbelivien une chanson. La plupart des titres se décomposent en 3 points. Une histoire qui dure environ la moitié de la chanson suivie d’un pont musical qui amène la répétition Ad Lib et parfois fatigante du refrain.

Passons en revue titre par titre cette réédition de l’album Hollywood.réédition album hollywood hallydat

Le bon temps du rock’n’roll :

Le remix est de très bon augure. Johnny a la pêche sur cette version remixée. L’intro est sympa. La voix magnifique de puissance. Ce titre sera très souvent repris bien évidemment sur scène avec de nombreuses orchestrations différentes.

Tout m’enchaine :

Pas facile pour ce titre de venir après le bon temps du rock’n’roll. Nous avons là un rock californien avec un solo de guitare intéressant. Nous subissons, comme parfois, certaines phrases un peu tirées par les cheveux afin de faire des rimes.

 « J’ai mordu dans tes lèvres roses »


J’espère qu’il ne lui a pas fait mal. La deuxième moitié du titre se borne à répéter le refrain entre les solos de guitare. Passer après le bon temps du rock’n’roll ce titre tombe à plat.

Tu n’es pas la seule fille au monde :

Titre entraînant avec un solo de saxophone au milieu, juste avant la répétition Ad Lib du refrain.

Le cœur comme une montagne :

Intéressant dialogue avec les cœurs. L’histoire d’un couple qui joue au chat et à la souris. Le final remixé est agréable

Ce que tu as fait de moi :

Là, Mallory nous sort quelques phrases un peu tirées par les cheveux.

« Cet homme inconnu que je ne connais plus », s’il est déjà inconnu comment il pouvait déjà le connaitre.
« Ombre sans lumière », comment on fait pour voir une ombre s’il n’y pas de lumière ? Mallory explique nous !
« Tes seules larmes ne sont que des gouttes de pluie », çà par contre c’est sympa.
Là encore, la moitié de la chanson est la répétition du refrain. Mais le piano et la guitare ainsi que les cuivres à la fin en font un moment intéressant.

Fait ce que je dis pas ce que je fais :

Là aussi une belle « pépite » signée Michel Mallory au niveau du texte.

« Les cigarettes sont comme les filles plus ou moins bien roulées »


Yeah, faut aller la chercher cette phrase.
Bon solo de saxophone. Texte qui parle sincèrement de la vie nocturne et agitée de notre idole avec tous les excès.

Dommage :

Très bon blues, chanson idéale pour la scène. Voix superbe qui prend aux tripes. Forte histoire de rupture. La version de l’album original est nettement supérieure  avec son solo de guitare qui a disparu dans la version remixée…et c’est bien dommage !

Comme un voleur :

Texte qui raconte l’histoire d’un séducteur qui abuse de son charme. La moitié de la chanson est la répétition du refrain. Dans la nouvelle version, le final se détache de l’édition originale par le jeu des guitares et des chœurs.

Du même coté de la rivière :

réédition album hollywood hallyday verso

réédition album hollywood hallyday verso

Jolie ballade signée Barbelivien qui revient après avoir signé le tube « Elle m’oublie ». Mais il ne fera pas parti des auteurs attitrés de l’idole. Dans le remix, il y a une espère d’accordéon qui dénature la chanson. La première version avec les violons et la guitare sèche est nettement meilleure.

T’as le bonjour de l’amour :

Titre plus que surprenant, car c’est un reggae. Il concluait l’édition originale qui commençait avec le bon temps du rock’n’roll. Drôle d’idée. Malgré tout, soyons ouverts et reconnaissons qu’à l’écoute ce n’est pas déplaisant. Le texte est plutôt osé. Comme la plupart des chansons de l’album, le pont musical au milieu de la chanson sert à séparer l’histoire de la répétition du refrain. Par contre le rermix est insupportable. La chanson s’étire sur plus de 6 minutes….Au bout d’un moment çà crispe de l’entendre toujours répéter la même chose surtout sur un reggae. Un vrai calvaire. Pourquoi avoir autant insister sur ce titre et l’étiré de cette façon ?

Elle est vraiment dingue :

Voilà le titre inédit. Dans le livret de cette édition il est présenté comme un tube oublié. Hum je tousse. Il ne casse pas 3 pattes à un canard. La mélodie est entraînante. Mais pas de regrets à avoir pour cette longue attente.

Les titres complémentaires :

Qu’est ce que tu croyais :

Les 45 tours de cette période sont intéressants, car bien développés sur scène, y compris les faces B.
C’est le cas de ce 45t, Qu’est ce que tu croyais qui prend toute sa puissance sur scène. Les interprétations pouvaient dépasser les 10 minutes. Ce titre a également été repris dans les années 2000.

C’est mieux ainsi :

Le texte est intéressant. Cet homme qui parle à son ex pour lui dire que la nouvelle élue enfin le comprend. Cette face B de Qu’est que tu croyais aura une belle carrière scénique à l’époque de sa sortie. Sur le cd 2 nous avons une version alternative avec des chœurs plus présents et enveloppants. Le ton de Johnny est plus larmoyant et le final plus violent.

Toujours là :

Titre pour les 20 ans de carrière de Johnny. Il est exploité lors des concerts du Pavillon de Paris. Beaucoup de fans en souhaitent une reprise sur scène. Certes, c’est un bon résumé de la vie de notre idole. Mais je trouve surtout qu’au niveau de la mélodie ça passerait mal aujourd’hui. Il ne fait pas de mes titres majeurs.

La fin du voyage :

Une nouvelle fois, il s’agit d’une face B qui sera exploitée avec brio sur scène. Le problème est la répétition du refrain trop lancinant pendant la longue seconde moitié de la chanson.
Technique récurrente à l’époque.

Ma gueule :

En cette période un peu terne pour Johnny, ce titre deviendra emblématique dans le répertoire de Johnny. Grande puissance vocale dans l’interprétation, texte cohérent. Chanson reprise souvent dans les spectacles. Le point noir de ce titre est le suicide de Pierre Naçabal pour des accusations de plagiat concernant la musique. Aujourd’hui sur les productions récentes et notamment cette réédition de l’Album Hollywood, nous avons le nom du vrai compositeur : Philippe Bretonnière.

En conclusion,

Universal nous présente un bel objet. Nous espérons que l’expérience sera renouvelée avec des albums majeurs de la carrière de Johnny. Même si parfois les nouveaux mixages sont plutôt malheureux.
Il est surprenant que cet album qui présente le « Bon temps du rock’n’roll » en réponse à la période disco se termine par …un reggae…interminable. Au final, un seul tube sortira de cet album qui devait représenter beaucoup. Les 20 ans de carrière de Johnny. Ce sont finalement les 45 tours de l’été et de l’automne 79, « Qu’est ce que tu croyais » et « Toujours là » qui assureront la promo de Pantin. Spectacle qui verra naître un titre emblématique du répertoire de Johnny : « Ma gueule ».

Related Posts
No related posts for this content
Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Comment: